Jalousie et boulimie 3/3 : tirer profit du sentiment de jalousie

La jalousie, tout le monde en éprouve.

Et quand je dis tout le monde, je pèse vraiment mes mots.

Même les gens qui ont l’air super sûr d’eux y passent, de temps à autres.

Le pire, c’est que la jalousie vient rarement sans ce foutu sentiment de culpabilité et l’impression d’être moins que rien.

 » Ça me saoule de penser comme  ça. »

« Je suis un monstre. »

« Je n’ai pas envie d’être comme ça,  qu’est-ce qui déconne chez moi? »


On se trouve monstrueux-se, alors qu’en fait, derrière la jalousie, il y a un profond sentiment d’insécurité


On se sent insécure, menacé-e, voire en danger devant quelqu’un qui semble  mieux que nous.

Alors la première chose à faire quand la jalousie monte en nous, c’est une chose simple mais qui, comme toutes les choses simples et importantes, est difficile à mettre en oeuvre : 

NE PAS S’EN VOULOIR
Ne pas se flageller
Ne pas culpabiliser

Cela n’a rien d’inhumain et on n’est pas la seule personne au monde à ressentir l’envie et la jalousie.

Quand on ressent de la jalousie, en fait, on devrait s’accorder encore plus de douceur et de bienveillance, parce qu’elle est le signe qu’on vient d’appuyer sur quelque chose qui fait mal.

Par exemple, il y a des choses qui déclenchent à coup sûr la jalousie chez moi. J’ai beau en parler comme ça, j’ai beau savoir comment cela fonctionne, c’est un sentiment je ne peux pas l’empêcher de se manifester.

Par exemple, la jeunesse. Quand je fréquente des personnes plus jeunes, tout un tas de pensées surgissent : j’ai le coeur serré, le sentiment de ne pas avoir fait assez de choses de ma vie, l’angoisse de ne pas réussir à tout faire dans le futur. Je jalouse ces personnes qui ont toute la vie devant elles.


Le pire, c’est que ce n’est même pas une question d’âge. Petite, déjà, je me sentais en insécurité face aux personnes plus jeunes que moi. Je déteste être la plus âgée en collectivité.

Je suis la première à répéter en boucle que la facilité de la vie des autres n’est qu’une illusion, mais vous voyez bien que quand quelque chose vient nous remuer en plein coeur, plus aucune explication n’a d’importance.

Je suis facilement jalouse aussi des gens qui semblent avoir grandi dans de bonnes conditions, qui ont des parents cool. J’ai l’impression qu’ils ont un avantage sur moi.
Ça me donne de l’amertume, de la tristesse, l’impression d’avoir manqué quelque chose.

✨ ✨ ✨


Alors certes, je ne peux pas empêcher le sentiment de jalousie et toutes les émotions qui l’entourent d’apparaître dans des situations vulnérables. Par contre, je peux – et donc VOUS pouvez aussi – me raisonner.

On peut se remémorer que chacun a son parcours propre et que la comparaison n’a aucun sens. Même des situations similaires en apparence ne sont pas comparables.

Chacun fait au mieux avec son histoire.


Surtout, ce qui est encore plus bénéfique, c’est de voir et d’exploiter l’extraordinaire potentiel que cache la jalousie. Si, si, je vous jure que c’est possible 😉

Derrière ce sentiment douloureux, il y a une opportunité de  vivre mieux.

Voyons tout de suite ce qu’il en est.


✨ ✨ ✨

Comme la jalousie est une émotion difficile à vivre, un peu culpabilisante, voire inavouable, on a tendance à vouloir l’enterrer, ne pas l’éprouver,  plutôt que d’exploiter son plein potentiel.

En fait, ce qu’on envie chez les autres correspond à des potentiels, des élans, des envies, qu’on ressent en nous et qu’on a laissé mourir plutôt que de les concrétiser.

Ce qui fait mal c’est de voir que les autres ont réalisé des choses qui nous importent à nous aussi mais qu’on ne s’autorise pas à poursuivre.

Une chose est importante : on n’envie que les choses qu’on a LE POUVOIR de réaliser nous-mêmes.



Donc ce qui est super avec la jalousie, c’est qu’on peut s’en servir comme d’un outil nous permettant de voir ce qui est important pour nous ET comme le signe qu’on est CAPABLES d’obtenir ces choses importantes.

Attention, je ne dis pas que c’est FACILE, je dis que c’est POSSIBLE, à notre portée, réalisable.

Quand on ressent de la jalousie, plutôt que de s’en vouloir, on a la possibilité de se dire que cette émotion est un signal qu’il y a quelque chose à explorer et on peut réaliser que la situation enviée est en fait inspirante pour nous, que c’est un objectif à atteindre.


Comment peut-on faire, concrètement ?

boulimie, jalousie, estime de soi, boule de vie

Je vous propose un exercice assez simple.
Posez-vous les questions suivantes et répondez-y précisément.

✨  Quand je vois une situation qui me rend jaloux-se, qu’est-ce qui me fait envie EXACTEMENT dans ce que j’observe ?

✨ Quelles émotions j’imagine que les personnes éprouvent ?

✨ Qu’est-ce que j’imagine qu’ils pensent ?

✨ Comment je crois qu’ils vivent ?

C’est important de faire cet exercice si on veut tirer le meilleur parti de la jalousie, parce que trop souvent, on en veut aux personnes dont on est jaloux-se, alors qu’en fait c’est leur environnement, leur mode de vie, qui nous importent. La personne jalousée n’a paradoxalement pas grand-chose à voir avec le sentiment de jalousie.

Les possibilités sont infinies et ce qui compte,  c’est ce que ça VOUSfait.


A partir de là, une fois vos points de sensibilité mis à jour, vous pouvez vous demander : 

« Que puis je faire maintenant pour avancer ? »

Une seule chose, même minime. Un seul pas, même minuscule.

Les personnes qu’on envie, elles se sont forcément donné les moyens à un moment ou à un autre. 
C’est vrai que quand on vit avec la boulimie H24, on a l’impression de traîner sa carcasse à grand-peine. Mais il y a toujours au moins une toute petite chose qu’on peut faire pour concrétiser ses élans.

Le chemin peut-être long, mais on peut déjà réduire son mal-être en faisant un premier pas.


Alors, quels sont vos premiers pas ?

🌻 Masha

PS : Je vous invite vivement à prendre une demi-heure pour vous, pour faire cet exercice.
Je sais que la plupart d’entre vous se diront que ça ne sert pas à grand-chose ou que c’est trop simple pour être utile.
C’est un exercice que je propose à mes client-e-s dans le cadre de mon coaching et qui est très efficace.
A vous de voir, si vous vous offrez le droit d’en profiter ou non 😉

PPS : Si vous souhaitez suivre le programme Boule de Vie et vous libérer définitivement de votre obsession alimentaire, réservez un appel gratuit avec moi.

Termes de recherche utilisés pour cet article : je suis jalouse des autres, jalousie excessive, jalousie et envie, estime de soi, arrêter d’être jaloux des autres, j’envie tout le monde, je me sens nulle.

Publié par

Bienvenue sur Bouledevie.com! Je suis Masha, une boulimique qui s’en est sortie 🙂 Pendant des années et des années, j’ai été boulimique active (je faisais plusieurs crises de boulimie par jour). Pendant tout ce temps, j’ai souffert quotidiennement de ne pas trouver davantage de contenu, de témoignages ou de conseils d’autres personnes boulimiques sur le web. J’avais le sentiment que tant que je n’avais pas les moyens de m’offrir une thérapie, je devais juste me contenter de souffrir et d’attendre. Bien sûr, il existait et existe de nombreux blogs « journaux intimes », mais j’avais cruellement besoin de messages d’espoir et de solutions concrètes, pas de simplement lire les souffrances des autres. Lorsque j’ai commencé ma thérapie (comme de nombreux[ses] boulimiques francophones qui s’en sont sorti, j’ai suivi les groupes de Catherine Hervais), je me suis très vite rendue compte que j’aurais déjà pu avancer par moi-même si j’avais trouvé les bonnes infos et les bons messages sur Internet. De toute évidence, cela n’aurait pas suffi à me libérer de mes boulimies pour de bon ou à m’apprendre à vivre et à communiquer en toute sérénité, mais cela m’aurait très certainement permis de moins souffrir au quotidien. Je me suis promis que, dès que j’en aurais l’énergie, je contribuerai humblement à la transmission de tout ce que j’avais appris sur la boulimie et l’addiction alimentaire au cours de toutes ces années. Je ne suis pas médecin, ni psy. Je n’ai aucun diplôme médical ou paramédical. Je n’ai en aucun cas l’ambition ou le projet de vous donner des conseils d’ordre médical. Ce site ne se substitue pas en aucun à un suivi médical ou psy. Les constats et conseils que je partage ici sont fondés sur ma propre expérience et sur celle des personnes que j’ai rencontré jusqu’à présent, y compris lors des groupes de thérapie. Ce dont je suis certaine, c’est qu’on peut se libérer de la boulimie à tout âge, si on fait les bons choix et qu’on concentre son énergie sur les vrais enjeux. Je prends un grand plaisir à en apprendre tous les jours sur la boulimie et les personnalités borderline et davantage encore à partager tout cela avec vous. C’est toujours une grande joie pour moi de recevoir vos gentils commentaires ou vos suggestions d’amélioration. Je reste également toujours disponible par mail (bouledevie@gmail.com), si vous avez besoin d’échanger. Vous pouvez suivre boule de vie sur Twitter, Instagram ou Facebook Amicalement et chaleureusement, ❤ Masha

Et vous, qu'avez-vous pensé de cet article? Partagez vos impressions ci-dessous :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.