Bouledevie, bulimia, anorexia, eating disorder, recovery
addiction,  boulimie,  dépendance,  Quotidien,  Recommandations,  s'en sortir

Boulimie : deux comportements à adopter pour aller mieux

1. Sortir de la logique coercitive

Le corps est beaucoup plus intelligent que notre mental et pourtant, on le considère trop souvent comme son subordonné. On le traite comme un véhicule qui doit fonctionner comme on le souhaite, comme une mule qui, chargée jusqu’à terre, doit se rendre où on le désire, au gré des coups de fouet qu’on lui assène.

Ce n’est pas parce qu’un réflexe est contre-intuitif qu’il est négatif

Les boulimies sont un moyen pour le corps de compenser une détresse d’ordre psychique et émotionnel (vous pouvez consulter cet article de Catherine Hervais sur boulimie.fr, dans lequel elle explique très bien en quoi la boulimie est un « réflexe de survie » : https://www.boulimie.fr/articles/boulimie-explications/reflexe-de-survie.) Le corps se défend par une addiction, pour éviter une détresse plus grande.

Exemples concrets de « sortir de la logique coercitive » 

  • Ne pas forcer en se disant « ça passe » lorsque l’on sent qu’on sature et qu’on est fatigué. Concrètement, dans ces cas-là, ne pas hésiter à annuler ou reporter des rendez-vous par exemple. Dans la plupart des cas, ce n’est vraiment pas si grave ;
  • ne pas se forcer à faire du sport « parce que ça fait du bien », parce qu’on nous dit que quand on est fatigué(e), c’est justement là qu’il faut en faire, alors qu’on se sent complètement à bout de forces ;
  • lorsqu’on se sent épuisé(e), réduire au maximum les obligations sociales et ne garder que ce qu’on a envie de faire ou ce qu’on ne peut vraiment pas annuler ;
  • ne pas se forcer à sortir parce que c’est le week-end ;
  • ne pas se forcer à aller voir des amis alors qu’on va très mal et qu’on n’en a pas la force parce qu’il est communément accepté que « ça nous remontera le moral ».

Faire preuve d’une grande douceur envers soi-même

Je conseille d’y apporter une vigilance permanente, à plus forte raison pendant les phases down. Encore une fois, je n’hésite plus à annuler des rendez-vous pour dormir ou me détendre quand je me sens mal et que ça n’a pas de conséquences trop graves, parce que je sais que c’est absolument vital. Ce n’est pas un caprice ni une fantaisie.

Lorsque l’on se trouve dans un état de fatigue, le monde extérieur nous semble très hostile : les gens, le bruit, les discussions, tout peut devenir vraiment dramatique. Lorsque je me force à faire quelque chose alors que je suis fatiguée, je me retrouve très facilement à sangloter dans des lieux improbables.

Dormir, même quelques minutes (dans l’idéal, dormir autant qu’il le faut, y compris si c’est quelques heures en pleine journée et y compris si on nous dit que « ça désorganise notre cycle de sommeil »), peut vraiment tout changer et éviter ce genre de petits drames, qui vont parfois de pair avec des accrochages avec les autres.

Certes, il n’est pas toujours possible de se reposer quand on le souhaite, mais on peut décider de s’arranger pour le faire dès que possible. C’est ça aussi, revenir à l’essentiel.

2. Suivre son propre courant 

– Profiter des moments d’élan pour prendre davantage soin de soi, entreprendre ou poursuivre ses projets ;

– lors des moments down, des phases de moins bien (qui sont infiniment plus nombreuses que les phases positives tant qu’on n’a pas commencé à s’écouter et à prendre en compte ses besoins) : se recentrer sur l’essentiel, sur le noyau vital de choses que l’on doit faire pour se maintenir à flot.

Je pense que dans un premier temps, il est vraiment compliqué de faire autrement que de vivre un quotidien un peu en dents de scie. Mais justement, en manifestant le moins de résistance possible à l’état dans lequel on se trouve, en l’acceptant au lieu de le nier, on avance beaucoup plus vite. On n’a pas l’impression de tout abandonner lorsque on ne va pas bien. On se recentre juste sur soi-même et sur l’essentiel, on se roule en boule comme un chat, on fait le minimum vital. Quand ça ne va pas, le mieux est vraiment de laisser tomber temporairement tout le superflu.

On ne peut pas faire tout le temps ce qu’on veut, c’est certain. Mais on peut toujours alléger son quotidien. Par exemple, lorsque je ne vais pas bien, je sors très peu, je dors beaucoup ; si ça me fait plaisir, je regarde des séries ou des comédies romantiques toute la journée les jours où je ne travaille pas, je ne me force surtout pas à faire des choses que je n’ai pas envie de faire, même si elles sont réputées « être bonnes pour moi » ; si j’ai des besoins de boulimie, je les honore dans la mesure du possible, même si mes finances sont fragiles ; je réduis mon activité professionnelle au strict minimum.

Je fais ce qu’il faut pour récupérer de l’énergie en fonction de ce que me réclame mon corps, au lieu d’ignorer ce que je ressens et de me dire « c’est bon, ça passe » ou « ce n’est pas normal que je ressente ça ; ce n’est pas comme ça que fonctionnent les autres ».

Et je vous assure que ce n’est pas facile intellectuellement, je me sens naturellement coupable de ne pas en faire davantage, cela n’a rien de naturel pour moi. Mais je sais maintenant que c’est ce qui me permet d’amortir le choc. Au lieu de m’aligner sur le rythme des autres et de me mentir à moi-même en prétendant que je peux suivre ce rythme, je m’accepte : j’accepte mes fragilités ; j’accepte aussi en contrepartie d’avoir une efficacité et une productivité formidables pendant les phases où j’ai de l’énergie.

C’est toute la magie de notre dualité : une grande créativité, une grande capacité de concentration et de productivité quand on a le moral ; une nécessité quasiment vitale de se concentrer sur l’essentiel pendant les phases de récupération (comme une plante qu’on laisse dans un coin sombre certains mois de l’année pour qu’elle reconstitue ses forces).

Quand on comprend qu’on ne fonctionne pas comme la majeure partie des gens, on franchit déjà un grand pas. Et on a alors le choix : se forcer à s’aligner sur le mode de vie des autres et, malheureusement, c’est la promesse de grandes déceptions et lassitudes ; ou prendre en compte ses propres particularités et vivre avec, adapter sa vie à nos besoins et non l’inverse.

Pour ma part, je me réfère très souvent à ces règles-ci et je suis sans cesse obligée de vérifier que je suis sur le bon chemin et que je ne dérive pas vers l’auto-jugement et la tentation de « faire comme tout le monde ».

Toutes vos réactions et commentaires sont les bienvenus 🙂

Si vous en avez l’envie ou le besoin, vous pouvez toujours m’envoyer un petit mail à bouledevie@gmail.com, je me ferai un plaisir d’y répondre.

Vous pouvez également suivre Boule de Vie sur Twitter, Instagram ou Facebook.

Très amicalement

<3 Masha

Bienvenue sur Bouledevie.com! Je suis Masha, une boulimique qui s’en est sortie 🙂 Pendant des années et des années, j’ai été boulimique active (je faisais plusieurs crises de boulimie par jour). Pendant tout ce temps, j’ai souffert quotidiennement de ne pas trouver davantage de contenu, de témoignages ou de conseils d’autres personnes boulimiques sur le web. J’avais le sentiment que tant que je n’avais pas les moyens de m’offrir une thérapie, je devais juste me contenter de souffrir et d’attendre. Bien sûr, il existait et existe de nombreux blogs « journaux intimes », mais j’avais cruellement besoin de messages d’espoir et de solutions concrètes, pas de simplement lire les souffrances des autres. Lorsque j’ai commencé ma thérapie (comme de nombreux[ses] boulimiques francophones qui s’en sont sorti, j’ai suivi les groupes de Catherine Hervais), je me suis très vite rendue compte que j’aurais déjà pu avancer par moi-même si j’avais trouvé les bonnes infos et les bons messages sur Internet. De toute évidence, cela n’aurait pas suffi à me libérer de mes boulimies pour de bon ou à m’apprendre à vivre et à communiquer en toute sérénité, mais cela m’aurait très certainement permis de moins souffrir au quotidien. Je me suis promis que, dès que j’en aurais l’énergie, je contribuerai humblement à la transmission de tout ce que j’avais appris sur la boulimie et l’addiction alimentaire au cours de toutes ces années. Je ne suis pas médecin, ni psy. Je n’ai aucun diplôme médical ou paramédical. Je n’ai en aucun cas l’ambition ou le projet de vous donner des conseils d’ordre médical. Ce site ne se substitue pas en aucun à un suivi médical ou psy. Les constats et conseils que je partage ici sont fondés sur ma propre expérience et sur celle des personnes que j’ai rencontré jusqu’à présent, y compris lors des groupes de thérapie. Ce dont je suis certaine, c’est qu’on peut se libérer de la boulimie à tout âge, si on fait les bons choix et qu’on concentre son énergie sur les vrais enjeux. Je prends un grand plaisir à en apprendre tous les jours sur la boulimie et les personnalités borderline et davantage encore à partager tout cela avec vous. C’est toujours une grande joie pour moi de recevoir vos gentils commentaires ou vos suggestions d’amélioration. Je reste également toujours disponible par mail (bouledevie@gmail.com), si vous avez besoin d’échanger. Vous pouvez suivre boule de vie sur Twitter, Instagram ou Facebook Amicalement et chaleureusement, ❤ Masha

Et vous, qu'avez-vous pensé de cet article? Partagez vos impressions ci-dessous :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :